Hommage à Jean-François Malherbe

C’est avec tristesse que je voudrais partager la nouvelle21622_162727557416829_5450980474730673699_n du décès de Jean-François Malherbe, mon ami et mentor en éthique, foudroyé ce 13 décembre 2015 en son domicile neuchâtelois, à l’âge de 65 ans.

Figure emblématique de l’éthique contemporaine, dans la ligne de Buber, Lévinas, Ricoeur, il est né en 1950 en Belgique et a enseigné comme professeur aux universités de Louvain, de Montréal, de Sherbrooke, et ces dernières années à l’université de Trento, où il était titulaire de la chaire de philosophie morale.

C’était aussi une figure bien connue en Suisse Romande, où il était formateur à l’Institut Améthyste à Grange-Marnand, professeur à l’Ecole supérieure en éducation sociale de Lausanne, président du Comité d’éthique de la Police municipale de Lausanne, animateur de nombreuses sessions de formation post-grade, à Lausanne, Genève, Fribourg, Neuchâtel, comme en Belgique, au Québec, en France et en Italie. Expert en éthique médicale, il a été sollicité par de nombreux hôpitaux d’Europe et du Canada.

Depuis 2002, il avait accepté de superviser notre équipe de thérapeutes de famille, à la CIMI de Lausanne, dans les situations de maltraitance. Il avait par la suite collaboré avec notre structure ambulatoire Consyl, et aussi avec nos collègues et amis l’Association Fractale, à Paris, à des séminaires interdisciplinaires passionnants sur les transmissions transgénérationnelles, comme à des publications communes en psychothérapie et éthique clinique.

Parmi ses travaux nombreux et très riches, largement mentionnés sur Wikipedia, j’aimerais signaler quelques ouvrages qui me paraissent particulièrement passionnants.

Pour une éthique de la médecine, Larousse, 1987 / Souffrir Dieu. La prédication de Maître Eckhart, Cerf, 1992 / Le Nomade polyglotte. L’excellence éthique en postmodernité, Bellarmin, 2000 / Les ruses de la violence dans les arts du soin, Liber, 2003 / Sujet de vie ou objet de soin? Introduction à la pratique de l’éthique clinique, Fides, 2007 / Tendre l’oreille à l’inouï (L’éthique des hérétiques), Cerf, Paris, 2013.

Et aussi:
Cheminer vers soi. Hommage à Jean-François Malherbe pour son soixantième anniversaire » (sous la direction de Jacques Quintin), Liber, Montréal, 2010. *
* Pour lire le chapitre que je lui ai personnellement consacré dans ce livre, on peut se reporter au lien pdf suivant : Jean-François Malherbe, complice du daimon

Gérard Salem

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>